SNUAS-FP - Page d'accueil
CAPN CT
CAPN AS
Communiqué de presse
Carrières
Actualité
Grandes thématiques
Les pétitions
Les référents
Se syndiquer
Salaires
Ministère de la Défense
Elections Prof
Vie des Académies
Contactez-nous
Les dossiers de la FSU
La sélection de liens
Page d'accueil
6. Publications








version imprimable

SNUAS-FP FSU
104 Rue Romain Rolland
93260 Les Lilas
Tél. 01 41 63 27 55
Fax 01 41 63 15 48
Le SNUAS FP, un des syndicats de la Fédération Syndicale Unitaire
Facebook Le SNUAS sur Facebook
Actualité
Le vendredi 1er décembre 2006 par Le Bureau National
EXIGEONS LE RETRAIT DU PROJET DE LOI "PREVENTION DE LA DELINQUANCE"

NOUS REFUSONS DE FAIRE DE L’ECOLE L’ELEMENT CENTRAL DU MAILLAGE DE LA POPULATION

Le projet de loi Prévention de la Délinquance, adopté par le Sénat le 21 septembre 2006, sera examiné par l’Assemblée Nationale à partir du 21 novembre.

La Commission des affaires culturelles sociales et familiales vient d’intégrer dans le texte, de nouveaux amendements dont un, (N°104 adopté), rendrait le maire systématiquement destinataire des signalements de protection de l’enfance !!! Tout va dans le sens d’un renforcement affiché du contrôle social de la population.

Le SNUASFP-FSU a participé à la création du Collectif National Unitaire et depuis Janvier 2004, s’inscrit dans toutes les actions qui visent à alerter la population sur l’ensemble des politiques sécuritaires qui petit à petit se mettent en place.

L’école n’échappe pas à ce projet de Société, et est sommée de participer au repérage et fichage des familles et des jeunes. L’école est un lieu central qui devient un maillon essentiel du dispositif de prévention de la délinquance. C’est un lieu incontournable dans la vie des citoyens. Nous avons tous rencontré cette "institution" un jour ou l’autre !

Depuis la Loi sur l’Avenir de l’Ecole, les dispositifs contenus dans la loi sur la Cohésion Sociale et tout particulièrement dans le volet Réussite Educative et la loi sur L’Egalité des chances, l’école est désignée pour participer et mettre en œuvre des mesures répressives et notamment les divers contrats de responsabilité parentale, contenus dans les lois précitées.

Nous dénonçons depuis toujours "le chantage aux prestations familiales" fait aux familles les plus en difficultés, la priorité donnée aux moyens répressifs au détriment de l’éducatif et de l’accompagnement social. Alors que les effectifs des personnels de l’éducation nationale diminuent et que depuis 3 ans il n’y a aucune création de poste d’Assistants Sociaux, la police devient un « interlocuteur privilégié » de l’école !

Dans ce projet de loi, l’article 5 est une "déclaration de guerre" envers le travail social. La remise en cause du "Secret Professionnel" atteint les fondements de la relation que tout travailleur social engage avec les personnes qui font appel à lui sachant qu’à présent aucune confidentialité ne pourra lui être garantie.

Le Maire est en tant qu’élu, bien évidemment un des acteurs de la politique sociale. En aucun cas nous ne pouvons accepter la confusion entre son rôle politique et ce qui est contenu dans le projet de loi et qui consiste à l’assimiler à un professionnel de l’action sociale.

Depuis plusieurs mois, nous appelons tous nos collègues de l’Education Nationale, à ne pas participer au fichage généralisé qui porte atteinte aux droits des familles. Nous appelons l’ensemble des travailleurs sociaux de l’Education Nationale à résister contre toutes les dérives de nos missions et à alerter toutes les familles et jeunes rencontrés sur les conséquences qu’entraîneraient l’application de l’ensemble de ces textes répressifs et tout particulièrement la loi sur la prévention de la délinquance, si elle était votée. Nous n’accepterons jamais de devenir des « auxiliaires de police ».

LE SNUASFP-FSU n’acceptera aucune atteinte à l’éthique et à la déontologie de nos métiers. Le SNUASFP appelle les professionnels à exiger le retrait du projet de loi Prévention de la Délinquance. Aujourd’hui tous dans la rue contre ce projet de loi, demain tous ensemble pour organiser la résistance contre ce projet de société.

Le CNU appelle à soutenir toutes les actions menées par les collectifs locaux et le SNUASFP a déposé un préavis de grève pour le 5 décembre 2006, date du vote de la loi à l’Assemblée Nationale.

  © SNUAS-FP/FSU 2003 - conception » grafactory.net - haut de la page - spip