SNUAS-FP - Page d'accueil
CAPN CT
CAPN AS
Communiqué de presse
Carrières
Actualité
Grandes thématiques
Les pétitions
Les référents
Se syndiquer
Salaires
Ministère de la Défense
Elections Prof
Vie des Académies
Contactez-nous
Les dossiers de la FSU
La sélection de liens
Page d'accueil
6. Publications








version imprimable

SNUAS-FP FSU
104 Rue Romain Rolland
93260 Les Lilas
Tél. 01 41 63 27 55
Fax 01 41 63 15 48
Le SNUAS FP, un des syndicats de la Fédération Syndicale Unitaire
Facebook Le SNUAS sur Facebook
Retrait de la loi Fillon
Le lundi 14 février 2005 par Administrateur
Les assistantes sociales scolaires exigent le retrait de la nouvelle loi sur l’Education de Fillon.
Parce que cette loi renonce à une Ecole pour tous les jeunes

Cette loi renonce à l’objectif essentiel de tout service public en tant qu’instrument d’égalité sociale.

Elle s’inscrit dans la droite ligne de ce gouvernement : diminution des moyens, coupes sombres dans les budgets, suppression de postes alors qu’il faudrait en créer des milliers, et au final une remise en cause fondamentale des missions de l’Education Nationale. Nous Assistantes sociales scolaires travaillons au quotidien dans les établissements solaires auprès des jeunes et de leurs familles les plus démunies qui nécessitent le plus d’accompagnement et le plus de moyens éducatifs.

Ce sont des moyens supplémentaires dont ils ont besoin et que nous revendiquons depuis des années pour faire avancer un nombre toujours plus grand d’élèves vers la réussite scolaire alors qu’ils subissent dans leurs familles les effets désastreux d’absence de politiques sociales (précarité, chômage, expulsions locatives etc...).

Ce sont aussi des moyens supplémentaires que le SNUASFP revendique depuis des années pour le Service social scolaire afin que ce dernier puisse remplir l’ensemble de ses missions.

Ce gouvernement ne répond qu’en termes méprisants. Soit il essaie de nous évincer en nous décentralisant, (cf la victoire des AS scolaires du printemps 2003), soit il nous ignore (rapport Thélot). Avec cette loi il veut utiliser les assistantes sociales scolaires à des fins de contrôle - voir la circulaire sur l’absentéisme et de tri social. Il n’est plus du tout à l’ordre du jour de rechercher les causes de l’échec scolaire et de tout mettre en œuvre pour le combattre.

Nous voyons bien quelles sont les préoccupations de ce gouvernement. A travers les nombreux dispositifs de maillage et de contrôle social des populations créés dans les 24 quartiers et les conventions Justice-Police-EN, son principal objectif est d’encadrer, de réprimer, voire criminaliser toute une partie de la population.

Et c’est dans la même orientation que Fillon veut transformer les assistantes sociales en agents dociles prêts à signaler les élèves absents, les perturbateurs, bref, tous ceux que le système a du mal à faire rentrer dans la bonne case.

parce que l’Ecole de Fillon ne sera pas la même pour tous et qu’il n’y en aura pas pour tout le monde : L’échec scolaire est individualisé et l’Etat se dédouane de toute responsabilité :

Par l’intermédiaire des CIRE - Contrats Individuels de Réussite Educative, ce seront les élèves les plus en difficultés, ceux auprès de qui nous intervenons qui seront soumis à une pression encore plus forte et ensuite évincés les premiers de l’école.

L’Inflation des bourses au mérite au détriment des bourses d’Etat pourtant déjà si faibles est une traduction supplémentaire de la conception élitiste de l’école que FILLON défend dans sa loi.

Conditionner le droit à une bourse d’étude à une notion aussi arbitraire que le mérite est une atteinte fondamentale à la notion de mêmes droits pour tous.

Oui l’éducation a un coût ! l’Etat doit investir dans l’éducation !

La réussite de tous viendra de l’Ecole

Refusons que l’Ecole devienne un service marchand défendons un véritable service public d’éducation

  © SNUAS-FP/FSU 2003 - conception » grafactory.net - haut de la page - spip